La Pinède

Source : Ouest-France.

Pratiquer le naturisme sous le crachin breton, une folie ?

Au camping de la Pinède près d’Erdeven (Morbihan), novices et habitués goûtent aux joies du naturisme. Plus qu’un loisir, c’est pour eux un réel mode de vie. Et le mauvais temps breton ne semble pas être un obstacle. Reportage.

À 16 h 30, les campeurs se retrouvent pour quelques parties de pétanque. Une routine vacancière du camping de la Pinède, à Belz, dans le Morbihan. Mais contrairement à ailleurs, « ici, on joue à la pétanque tout nu », raconte Jean-Luc.

« Non aux neutrons, oui aux tétons  ! »

Et pour cause : on est au camping du Club naturiste de Bretagne Sud, la Pinède. Loin des grands centres du sud de la France, la Pinède cultive une ambiance familiale, authentique et bon enfant.

« Le camping a ouvert en 1971, c’était les débuts du naturisme, se remémore Jean-Claude, on nous faisait la guerre à Kerminihy », plage nudiste à Erdeven. Jusqu’à ce qu’un projet de centrale nucléaire sur la dune voisine n’éclipse ces querelles et ne fédère nudistes et habitants du coin. « Les gens criaient non aux neutrons, oui aux tétons ! » s’amuse-t-il. Depuis, les naturistes coulent des vacances heureuses au camping de la Pinède, où les autorités locales sont conviées à l’ouverture de la saison.

Pratiquer le naturisme sous le crachin breton, une folie ? « On fait comme tout le monde, quand il fait froid, on se rhabille », sourit Jean-Claude.

La suite sur Ouest-France ...