Utilisateur

En ligne

Nous avons 102 invités et aucun membre en ligne

Randonue au bout du monde - Compte-rendu

Compte-rendu de l'événement du mois de Septembre :

Une semaine entière de randonnées naturistes finistériennes ...

Dimanche 6 Septembre :

Malgré une totale absence d’indication pour trouver le gîte à Morgat, tout le monde est présent. Chacun choisi son partenaire de chambre suivant sa réputation à ronfler ou pas, et après avoir pris connaissance du programme de la soirée et du lendemain chacun vaque à ses occupations.

Naturellement quelques bouteilles apparaissent à l’heure de l’apéro au bord de la piscine et malgré la demande du patron de ne pas se mettre nu, un vilain garnement ne respecte pas cette consigne et se glisse nu dans la piscine, immédiatement suivi de plusieurs autres dont le président, l’ambiance est festive et non discrète.Heureusement qu’une fois dans l’eau nous ne sommes pas visibles de l’extérieur. Mais il faut se rhabiller pour aller au restaurant situé à quelques mètres de là.

Moules à profusion, filet de cabillaud et far breton, il semble que nous ne serons pas au régime cette semaine !

Très bonne ambiance ou ceux qui se connaissent déjà se charrient un peu, puis tout le monde va se coucher.

Lundi 7 Septembre :

(21 participants, 20 km en 6h45).

Tout le monde est à l’heure au petit déjeuner. Il faut ensuite préparer son sac de rando et organiser les trajets en voiture qui nécessiteront tous les jours un peu de réflexion et de temps. Aujourd’hui ce sera un passage par la plage de Lostmarc’h qui sera notre point d’arrivée pour ensuite aller sur le parking des alignements mégalithiques de Lagatjar à Camaret pour démarrer notre rando. En route nous découvrons les villages typiques. Toutes les maisons sont en granit, sans étage et collées les unes aux autres, avec la particularité d’être un peu en dessous du niveau du sol pour se protéger du vent qui parfois souffle extrêmement fort sur la presqu’île.

Départ de rando à 9h30 en passant par un château en ruine dont on imagine aisément le rêve que ça devait être car immédiatement tout le monde est émerveillé par la vision du puissant paysage qui s’offre à nous. En face la pointe du Toulinguet où se trouve une fortification militaire, ensuite une belle plage et à nos pieds une haute falaise.

Nous progressons à travers quelques blockhaus, dont un transformé en musée avec devant de grosses ancres de bateau échoué sur ces côtes. La roche est blanche et très découpée. En mer, un rocher est percé d’une arche très photogénique. Puis nous arrivons à la pointe de Pen Hir où nous pouvons admirer les tas de pois qui sont trois gros rochers pointus en prolongement de cette pointe.

Nous reprenons notre route sur l’autre versant plus abrité, à la végétation rase et une fois passés quelques maisons hop on peu enfin se découvrir d’autant plus que la température commence à être suffisante. Nous sommes dans nos premières étendues de lande.

La côte est une succession de criques rocheuses. Et nous apercevons déjà la plage de Kersiguénou. Une fois dessus, nous nous couvrons sur 200 m. Nous pique niquons nus sur la partie centrale de cette plage au pied d’une grande falaise à pic et fermée par des rochers. Seul Yves a le courage de se baigner. Puis nous reprenons notre chemin sur la troisième partie de la plage très agréable au début, puis immonde sur 200 m puisque des algues non identifiables ont pourris formant une couche glissante et très nauséabonde.

Nous ne sommes donc pas mécontents de retrouver le chemin magnifique qui nous mène à la pointe de Dinan. La lande est devenue éclatante de couleur et parsemée de plein de gros cailloux blanc. C’est sublime ! Une fois sur la pointe tout le monde découvre avec émerveillement le « château de Dinan » qui est une grande arche qui fait penser à un pont levis qui relie une île dont les cailloux qui la composent, rappellent des tours crénelées. Une partie du groupe ne résiste pas à la visite du château naturel pendant que les autres partent à la recherche du plus beau point de vue.

Une fois regroupés, nous entamons la dernière partie de cette rando qui se compose d’une côte assez rude dont nous shuntons les pointes pour arriver plus vite à la plage naturiste de Lostmarc’h. Celle-ci, pour une fois, permet la baignade car la mer est particulièrement clémente, un peu froide pour s’y mettre mais tout à fait appréciable une fois la chose faite.

Les chauffeurs après leur bain vont rechercher les voitures au départ pendant que le reste du groupe lézarde au soleil.

La soirée sera suivi d’un apéro avec du « zizi coin-coin » que Philippe nous a ramené de Belgique pour fêter ses 65 ans. Puis nous rendons dans une crêperie aux crêpes bien fournies mais arrosées de trop peu de cidre !

Mardi 8 Septembre :

(18 km en 5h30).

Le soleil inonde le port de Morgat dès le matin, et semble vouloir nous accompagner toute la semaine, génial ! Nous allons à nouveau terminer la rando du jour à la plage de Lostmarc’h, mais en partant à pied du gîte cette fois, il faut donc replacer les voitures sur le parking de cette plage.

Nous avons un invité, Olivier, adhérent de l’ANF (Association Naturiste Finistérienne). Attendu à Morgat, il est récupéré in extrémis au parking de la plage. Nous partons donc vers le sud, le paysage est totalement différent de celui de la journée précédente. Nous avançons à travers une forêt bordant une mer turquoise, on pourrait se croire en Corse !

Les vêtements sont vite remisés dans les sacs à dos, il fait très bon sur ce sentier côtier. Certains souffrent quelque peu des ampoules apparues à la suite de la première journée. Le groupe s’étire, puis se recompose au gré des arrêts. Une halte est décidée à la Pointe de St-Hernot, et quelques uns décident de descendre sur la petite plage de galet de la crique, l’accès est un peu « chaud ».Une remarque désobligeante est vite oubliée sur cette plage.

L’heure du pique-nique arrive, et nous faisons halte, toujours dans cette superbe forêt de pins maritimes, face à la mer.

A l’approche du Sémaphore du Cap de la Chèvre, il est impossible de ne pas penser à Belle-île en Mer (voir semaine de rando Bretagne - épisode 2014). Il faut se rhabiller à l’approche de celui-ci, ce sera la seule fois de la journée, bien que nous ayons rencontré plus de 100 personnes.

La végétation côté Ouest du Cap devient beaucoup plus aride et l’on retrouve un peu le paysage de la veille, bruyères et ajoncs fleuris. Nous remontons vers la plage naturiste de Lostmarc’h, où nous allons pouvoir à nouveau nous prélasser près d’une heure sur le sable, voire se baigner pour quelques uns, la mer est basse et froide ... 

Nous regagnons les voitures et retour à Morgat pour récupérer nos bagages. Il fait 28° à 18h00 lorsque le convoi quitte Morgat pour Brasparts. L’arrivée au gîte n’est pas évidente, car ici aussi : absence totale d’indication ! Le gîte ressemble un peu à une auberge de jeunesse, avec un grand réfectoire ou nous dînerons ce soir (melon et tagine : excellent).
Il n’y a rien à faire le soir à Brasparts, alors nous nous coucherons de bonne heure …

Mercredi 9 Septembre :

(17 km en 4h30).

Changement de décor, nous voici dans les Monts d’Arrée, où se trouve le point culminant de la Bretagne ! Il s'agit de Roc'h Ruz qui culmine à 385 m. Il est suivi du Ménez Kador (384 m) entre les communes de Botmeur et de Sizun, puis du Roc'h Trevezel (384 m). Viennent ensuite : le Roc'h Trédudon (383 m) et le Mont Saint-Michel de Brasparts (380 m). Les voitures sont placées à Roquinarc’h pour l’arrivée et nous embarquons pour un départ à Trédudon Le Moine.

Le groupe se met en place, on hésite à prendre un pull, la température est de nouveau très agréable. Nous serons vite nus sur le sentier. Au croisement d’un chemin, nous tombons face à une œuvre végétale naturelle, un tronc d’arbre couché, représentant un cerf aux abois, très original.

Nous passons au pied de Roc'h Trédudon, sur lequel se trouvent les antennes télé desservant une grande partie de la Bretagne. Deux traversées de route, et nous sommes au sommet du Roc'h Trevezel. La vue est superbe sur les communes environnantes telles que Sizun et Guimiliau, ainsi que sur le site nucléaire de Brennilis et le Réservoir de Saint-Michel (lac jouxtant la centrale). Des textiles sont à coté de nous, mais nous tenons bon, pas de rhabillage !

Le pique-nique se passe sur un autre sommet, plus abrité du vent qui commence à se lever. La végétation se compose principalement de bruyères en fleurs et de taillis, mais pas un arbre. Nous arrivons relativement rapidement au parking pour récupérer les voitures. Et là, surprise, il fallait que ça arrive au moins une fois, Joël à oublié la clé de son véhicule dans une voiture qui est au départ ! Les chauffeurs s’occupent de leurs voitures, tandis que nous décidons de prolonger un peu le plaisir de marcher nu, et de rallonger la rando jusqu’au pied du Mont Saint-Michel de Brasparts, par un chemin que nous emprunterons également le lendemain.

De retour au gîte, nous sommes bien fatigués et certains font la sieste à 17h00 ! Apéro en terrasse, puis le dîner très attendu de la semaine : Kig ar Farz au restaurant. Nous y sommes accueillis par Miss Monde, euh, non, par Miss « Moustache ». Chacun appréciera ce dîner à sa manière, et celui-ci restera quand même un excellent moment et une véritable découverte.

Jeudi 10 Septembre :

(18 km en 5h45).

Vendredi 11 Septembre :

(20 km en 8h15).

Samedi 12 Septembre :

(24 km en 8h15).

Dimanche 13 Septembre :

Nous terminons cette EXCELLENTE semaine de rando au BOUT DU MONDE, par la visite du site de la Pointe du Raz :

Bonus pour les adhérents (se connecter) ...

Remerciements :

Merci encore à Jean-Yves, Chris, et Jacques pour les photos ...

Merci à Jean-Yves pour les relevés GPS ...

Merci à Dom pour les compte-rendus de Dimanche et Lundi ...

Merci à Chris pour les compte-rendus de Mardi et mercredi ...

Merci à Dom pour l'organisation et à tous les participants pour l'ambiance ...

A l'année prochaine ...
Chris.