ARNB C011 Medreac x

Le compte-rendu de Agnès :

Dix heures : le sympathique petit groupe de douze randonneurs s'élance à travers le village et se dirige rapidement vers une forêt.

La randonue peut alors commencer. C'est parti pour 6H30 de marche soit 18 kilomètres !

Rapidement le végétation devient dense. L'avancée de la petite troupe se  fait au rythme de claquements secs et répétés. Ce sont les faucheurs d'un jour qui s'attaquent aux ronces  pour nous ( me ) frayer un chemin ; Qu'ils en soient ici vivement remerciés.

Nous longeons une rivière accompagnés par le doux chant des oiseaux et le bruit de l'eau qui s'écoule lentement.
Le site est enchanteur et apaisant. Nous traversons ensuite un champ de blé récemment fauché. Quelques mètres, plus loin, nous nous délectons de succulentes cerises aux abords d'une maison visiblement inhabitée. Toutefois une rencontre nous attend dès que nous approchons de la route toute proche : une mamie nous salue. Elle est sans doute surprise mais pas totalement désintérressée.

Nous avons également fait d'autres rencontres plus ou moins insolites : des chèvres , des moutons , des vaches , un poney, un âne et deux chevreuils !

Nous nous enfonçons à nouveau dans la forêt ou nous attend un premier passage délicat . Il faut franchir la rivière en grimpant sur un poteau électrique. C'est sûr EDF nous doit plus que la lumière !

Nous poursuivons notre chemin et très vite la seconde difficulté s'offre à nous. De nouveau, nous traversons la rivière mais cette fois c'est un tronc d'arbre qui nous sert de pont. Jacques n'a pas longtemps résisté au bain de pieds mais son aide a été précieuse.

Nous continuons notre route. L'heure du repas approche. Nous nous dirigeons vers le site mégalithique de Lampouy ou nous nous arrêtons pour le déjeuner. Le soleil est toujours de la partie.

Après nous être restaurés nous avançons quelques centaines de mètres et là c'est la séance " photo souvenir " ; Certains s'essayent à l'escalade. Du haut de leur mégalithe ils affichent un air triomphateur.

Nous reprenons notre chemin et arrivons à nouveau en forêt. La végétation est si luxuriante que la lumière du soleil peine à passer. Nous nous suivons en file indienne car le sentier est étroit et sinueux. Le soleil joue toujours à cache -cache entre les arbres. Il semble nous habiller de biens étranges vêtements. Cela fait penser à des haillons. La rivière affiche des couleurs contrastées. Puis c'est le temps d'une pause " farniente" dans une clairière.

Finalement nous ne nous attardons pas trop car il reste encore une heure de marche. nous quittons à présent la forêt et longeons la route.

Nous nous dirigeons vers l'ancienne ligne de chemin de fer. C'est sur cette voie que nous achevons notre " périple " et nous croisons trois vélorails.

Une fois " arrivés en gare " , c'est autour du verre de l'amitié que nous nous réunissons. Nous nous remémorons notre formidable journée .J'écoute attentivement les conseils des uns et des autres afin de relater au mieux cette magnifique randonue et que chacun y trouve son compte. Les mots me manquent ......

Agnès.